Government

Canada’s leadership in AI – talent, ecosystems, and responsible AI

La version française suit la présente version anglaise

The evolution of artificial intelligence (AI) represents one of the greatest technological transformations of our age. It has the potential to help us solve some of the most difficult challenges, from public health to climate change, while also offering promise for improving how we serve citizens in an ethical and measured approach.  Canada’s leadership on AI emphasizes responsible innovation and economic growth, grounded in the shared values of human rights, inclusion and diversity.  Below is an overview of Canada’s AI strategy and initiatives which reflect the nation’s values and vision forward.

Advancing Science and Research

Research and talent are critical to any country’s approach to supporting artificial intelligence R&D and Canada is no exception. As an early investor in research over the past three decades, Canada has positioned itself as a world leader in machine and deep learning. More recently in 2017, the Government of Canada launched the CAD $125 million Pan-Canadian Artificial Intelligence Strategy to advance its leadership in AI.

The Strategy supports the attraction and retention of leading academic talent, as well as research and training programs.  CIFAR, a Canadian not-for-profit organization that supports the advancement of science through collaboration and high-impact research, is leading the Strategy across three AI institutes: the Alberta Machine Intelligence Institute (Amii) in Edmonton; the Mila-Quebec Artificial Intelligence Institute (Mila) in Montreal; and the Vector Institute in Toronto. The Strategy also supports national research collaboration and an AI & Society program to cultivate Canadian thought-leadership on the social and ethical implications of AI.

The Strategy has helped Canada build a strong talent pool and maintain a competitive position in AI research. Since 2017, CIFAR and the three AI institutes have named over 100 leading AI researchers as Canada CIFAR AI Chairs and trained over 1,200 graduate students and post-doctoral fellows. Canada remains a top producer of AI research publications, ranked 6th by the Global AI Talent Report, while Canada’s OECD AI skills migration ranking increased to 4th place in 2020, up from 19th place in 2016. In just four years since its launch, the Strategy has resulted in significant social and economic impacts, as referenced in the Pan-Canadian AI Strategy Impact Assessment Report.

Building on its success, in Budget 2021 the Government of Canada announced new funding of CAD $443 million in support of the next phase of the Pan-Canadian Artificial Intelligence Strategy. This enhanced national and coordinated approach would support the commercialization of AI innovations and research, continue to retain and attract top academic talent in AI, provide dedicated computing capacity for AI researchers, and advance the development and adoption of standards for AI.

Investing in Research and Talent to Drive Responsible Innovation

Canada’s national AI efforts have been focused on building deep talent pools and robust AI ecosystems. Many firms have recognized the pipeline of talent developed by the Strategy as a key factor for innovating in Canada, and foreign direct investment has increased 50% since the Strategy was announced.

As a result of these investments and the interest of foreign firms, Canada is now home to over 850 AI companies, 29 research labs, and 75 accelerators. In 2019, start-up funding for AI firms in Canada grew to USD $633 million. Over 45 multinational firms now have dedicated AI research centres in Canada, including Microsoft, DeepMind, Samsung, and Thompson Reuters.

CIFAR January, 2021

Each year, CIFAR and its partners also deliver programs to engage hundreds of Canadians and international students, from high school to graduate studies, to provide them with the skills, expertise, and networks. This effort ensures that underrepresented groups have the opportunity to become the next generation of AI leaders. These include the AI Pathways Partnership, the AI Scholars Program, the AI4Good Lab, and the Data Science for Social Good Fellowship, among others.

Starting in 2020, Canada has committed $80 million over the next four years to the Cyber Security Innovation Network to scale Canada’s cybersecurity ecosystem by supporting three or more Canadian cybersecurity networks affiliated with post-secondary institutions and industry. The objective is to help bolster the Canadian workforce’s cyber skills development by supporting students, workers, and employers who want to upgrade their skills, gain relevant work experience, and hire new talent in this emerging sector.

Building on this research and talent capacity, Canada’s national innovation programs have made significant investments to accelerate private sector-led innovation and development of commercial AI applications. For example, Canada’s Scale.AI Supercluster is a CAD $230 million investment by the Government of Canada, whose investment is matched by industry. The project will build innovative AI ecosystems to move innovators further and faster through public-private collaboration. Scale.AI focuses on adoption and commercialization of AI-powered supply chain solutions (including a COVID-19 stream) to further Canada’s competitive edge, scale and grow Canadian firms, and boost the skills and diversity of the AI talent pool. The other four Superclusters have distributed CAD $86.25 million to projects that rely on AI technologies to improve crop health, medical care, and manufacturing processes. Canada’s Strategic Innovation Fund also recently invested over CAD $315 million in AI and data projects in partnership with the private sector to support projects with a total value over CAD $1.5 billion.

Promoting Inclusive Dialogue

To better understand the needs and perspectives of Canada’s AI community, the government launched an Advisory Council on Artificial Intelligence in 2019. Comprised of researchers, academics, and business leaders, the Council advises the Government of Canada on how to build on Canada’s AI strengths to support entrepreneurship, drive economic growth and job creation, and build public trust in AI. The Council has stood up two working groups to date, one on Commercialization and another on Public Awareness.

The Commercialization Working Group examined how to use AI to generate inclusive economic growth and developed recommendations on how to better turn AI research into products and services, increase business adoption of AI, and encourage the growth of Canadian AI firms. These recommendations range from improving access to AI skills and expertise, to developing a regulatory environment conducive to innovation, and providing affordable access to AI computing infrastructure.
To gain public acceptance and adoption of digital and data-driven technologies, they have to be trustworthy. This is also essential to enabling a modern and thriving economy, especially for the post-pandemic recovery. Public trust relies on the transparency around these technologies, and cannot be achieved if they forego values like privacy and human rights. In early 2020, the Council’s Public Awareness Working Group was launched to explore ways to engage Canadians across the country to increase public awareness and knowledge about AI, including its potential benefits and risks. The group will lead the Open Dialogue on AI with Canadians this year to better understand their views and concerns about AI with the aim of producing a report with recommendations on how to sustain public awareness of AI.

Building Public Trust in AI and Digital Technology

To enact its commitment to public trust in AI and digital technology into law, the government tabled the “Act to enact the Consumer Privacy Protection Act and the Personal Information and Data Protection Tribunal Act and to make consequential and related amendments to other Acts” (short title: Digital Charter Implementation Act) in Parliament in November 2020. If passed, the Act will create new protections for Canadians’ personal information by giving citizens greater control and providing more transparency in the use of their personal information. Proposed measures include requiring plain-language information about the collection and use of data so individuals can provide meaningful consent, the ability to withdraw consent or request disposal of personal information, and more transparency around  the use of algorithms and automated decision-making. It would also allow the greater data sharing and access in specific circumstances with benefits to society in fields such as public health, infrastructure, and environmental protection. These proposals will help to reassure Canadians that their data is safe and that their privacy is protected, while fostering innovation that promotes a growing digital economy.

At the heart of Canada’s domestic and international approach is a commitment to advancing the responsible development and use of AI. At home, through civil society-led initiatives like the Montreal Declaration on Responsible AI, the CIFAR-IDRC Solution Networks program for AI governance solutions in low-middle income countries, and the Government of Canada’s Directive on Automated Decision-Making, Canada has worked to ensure that AI and digital technologies are built on the 10 principles of Canada’s Digital Charter, including universal access, safety and security, control and consent, transparency, portability and interoperability. Canada advocates for the governance of AI systems in accordance with existing international law frameworks, including human rights and humanitarian law, and remains an active player in global forums such as the Council of Europe’s Ad hoc Committee on AI, Digital Nations, the Freedom Online Coalition, the G7, the G20, the OECD, the Open Government Partnership, the UN Roadmap for Digital Cooperation, and UNESCO, among others.

More recently, Canada and France partnered with 18 countries and the European Union to launch the Global Partnership on AI, or GPAI (Gee-Pay), to help bridge the gap between theory and practice on the responsible development and use of AI – aligned with the OECD AI Recommendation on AI. Launched on June 15, 2020 and supported by a dedicated Secretariat hosted at the OECD and two Centres of Expertise in Montreal and Paris, GPAI brings together leading experts from science, civil society, industry, and governments to collaborate on cutting-edge AI projects and tools across several working groups themes on Responsible AI (including a sub-group on AI and Pandemic Response), Data Governance, the Future of Work, and Innovation & Commercialization.

Over the coming months, Canada will seek to continue its domestic and international activities, including as the 2021 Chair of GPAI and in other forums, to advance the responsible development, acceptance, and use of AI to ensure these technologies are built on public trust and serve in the interest of Canadians and citizens around the world.

Further Reading

This blog post and video were produced by the Canadian Institute for Advanced Research (CIFAR) and Innovation, Science and Economic Development Canada (ISED). For their contributions, we would like to thank: Elissa Strome (CIFAR), Francis Bilodeau (ISED), Ali Tejpar (ISED), Ian Stones (ISED), Alexandra Martin (ISED), Christopher Zakhem (ISED), Samuel Marleau Ouellet (ISED), Rouba Al-Fattal (ISED), Allison O’Beirne (ISED), Christophe Mariage-Beaulieu (ISED), and Oskar Kostrzewa (ISED).


Le leadership du Canada en matière d’IA – Talent, écosystèmes et IA responsableLe leadership du Canada en matière d’IA – Talent, écosystèmes et IA responsable

L’évolution de l’intelligence artificielle (IA) représente l’une des plus grandes transformations technologiques de notre époque. Elle peut nous aider à résoudre certains des défis les plus complexes, allant de la santé publique au changement climatique, tout en promettant d’améliorer la façon dont nous servons les citoyens avec une approche éthique et mesurée. Le leadership du Canada en matière d’IA permet de mettre l’accent sur l’innovation responsable et la croissance économique, s’appuyant sur les valeurs communes des droits de la personne, de l’inclusion et de la diversité. Vous trouverez par la suite un aperçu de la stratégie et des initiatives du Canada en matière d’IA, lesquelles reflètent les valeurs et la vision de l’avenir du pays.

Faire progresser la science et la recherche

La recherche et les talents sont des éléments essentiels à tout pays soutenant la R. et D. en intelligence artificielle, et le Canada n’y fait pas exception. En tant que premier investisseur dans la recherche au cours des trois dernières décennies, le Canada s’est positionné comme un chef de file mondial en apprentissage automatique et profond. Plus récemment, en 2017, le gouvernement du Canada a lancé la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle de 125 millions de dollars canadiens afin de faire progresser son leadership dans le domaine de l’IA.

La Stratégie soutient le recrutement et le maintien de talents universitaires de premier plan, ainsi que des programmes de recherche et de formation. L’Institut canadien de recherches avancées (ICRA), un organisme canadien sans but lucratif qui soutient l’avancement de la science grâce à la collaboration et à la recherche à fort impact, dirige la Stratégie dans trois instituts d’IA : Alberta Machine Intelligence Institute (Amii) à Edmonton; Mila – Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila) à Montréal; et Vector Institute à Toronto. La Stratégie soutient également la collaboration nationale en matière de recherche ainsi que le programme IA et société pour cultiver le leadership éclairé du Canada sur les implications sociales et éthiques de l’IA.

La Stratégie a aidé le Canada à se doter d’un solide bassin de talents et à maintenir une position concurrentielle dans la recherche sur l’IA. Depuis 2017, l’ICRA et les trois instituts d’IA ont nommé plus de 100 chercheurs de premier plan en IA comme chaires canadiennes en IA de l’ICRA et formé plus de 1200 étudiants diplômés et boursiers postdoctoraux. Le Canada demeure l’un des principaux éditeurs de publications de recherche sur l’IA, classé 6e dans le rapport mondial sur les talents en IA, tandis que le classement canadien de l’OCDE sur la migration des compétences en IA est passé de la 19e place en 2016 à la 4e place en 2020. En seulement quatre ans depuis son lancement, la Stratégie a eu des impacts sociaux et économiques considérables, comme indiqué dans le Rapport d’évaluation d’impact de la Stratégie pancanadienne en matière d’IA. 

Sur cette base, dans le budget 2021, le gouvernement du Canada a annoncé un nouvel investissement de 443 millions de dollars (CAD) à l’appui de la prochaine phase de la Stratégie pancanadienne sur l’intelligence artificielle. Cette approche nationale soutiendrait la commercialisation des innovations et de la recherche en IA, continuerait de retenir et d’attirer les meilleurs talents en IA, fournirait une capacité informatique dédiée aux chercheurs en IA et ferait progresser le développement et l’adoption de normes pour l’IA.

Investir dans la recherche et les talents pour stimuler l’innovation responsable

Les efforts nationaux du Canada en matière d’IA se sont concentrés sur la création de bassins de talents profonds et d’écosystèmes d’IA robustes. De nombreuses entreprises ont reconnu le bassin de talents développé par la Stratégie en tant que facteur clé pour l’innovation au Canada, et l’investissement étranger direct a augmenté de 50 % depuis l’annonce de la Stratégie.

Grâce à ces investissements et à l’intérêt des entreprises étrangères, le Canada compte maintenant plus de 850 entreprises d’IA, 29 laboratoires de recherche et 75 accélérateurs. En 2019, le financement de démarrage des entreprises du secteur de l’IA au Canada est passé à 633 millions de dollars américains. Plus de 45 entreprises multinationales ont maintenant des centres de recherche consacrés à l’IA au Canada, notamment Microsoft, DeepMind, Samsung et Thompson Reuters.

CIFAR janvier, 2021

Chaque année, l’ICRA et ses partenaires offrent également des programmes visant à mobiliser des centaines d’étudiants canadiens et internationaux, du secondaire aux études supérieures, afin de leur offrir les compétences, l’expertise et les réseaux nécessaires. Cet effort garantit aux groupes sous-représentés d’avoir la possibilité de devenir la prochaine génération de chefs de file en IA. Cela inclut AI Pathways Partnership, AI Scholars Program, AI4Good Lab et Data Science for Social Good Fellowship, entre autres.

À compter de 2020, le Canada s’est engagé à consacrer 80 millions de dollars pour les quatre prochaines années dans le Réseau d’innovation pour la cybersécurité en vue de faire évoluer l’écosystème de la cybersécurité du Canada en soutenant au moins trois réseaux canadiens en matière de cybersécurité, affiliés à des établissements postsecondaires et à l’industrie. L’objectif est d’aider à renforcer le développement des cybercompétences de la main-d’œuvre canadienne en soutenant les étudiants, les travailleurs et les employeurs qui souhaitent améliorer leurs compétences, acquérir une expérience professionnelle pertinente et embaucher de nouveaux talents dans ce secteur émergent.

Forts de cette capacité de recherche ainsi que des talents, les programmes nationaux d’innovation du Canada ont effectué des investissements majeurs en vue d’accélérer l’innovation menée par le secteur privé de même que le développement d’applications commerciales de l’IA. Par exemple, la Supergrappe SCALE.AI du Canada représente un investissement de 230 millions de dollars canadiens du gouvernement; une contribution équivalente de l’industrie s’ajoute à cet investissement. Le projet créera des écosystèmes d’IA innovants pour que les innovateurs puissent avancer plus loin et plus rapidement grâce à une collaboration entre le secteur public et le secteur privé. Scale.AI se concentre sur l’adoption et la commercialisation de solutions de chaîne d’approvisionnement basées sur l’IA (y compris un volet COVID-19) afin de renforcer l’avantage concurrentiel du Canada, faire évoluer et faire croître les entreprises canadiennes, et renforcer les compétences ainsi que la diversité du bassin de talents en IA. Les quatre autres supergrappes ont distribué 86,25 millions de dollars canadiens à des projets qui reposent sur les technologies d’IA afin d’améliorer la santé des cultures, les soins médicaux et les processus de fabrication. Le Fonds stratégique pour l’innovation du Canada a également investi récemment plus de 315 millions de dollars canadiens dans des projets d’IA et de données en partenariat avec le secteur privé afin de soutenir des projets d’une valeur totale de plus de 1,5 milliard de dollars canadiens.

Promouvoir un dialogue inclusif

Pour mieux comprendre les besoins et les perspectives de la communauté de l’IA au Canada, le gouvernement a lancé un Conseil consultatif en matière d’intelligence artificielle en 2019. Composé de chercheurs, d’universitaires et de chefs d’entreprise, le Conseil avise le gouvernement du Canada sur la façon de tirer parti des atouts du Canada en matière d’IA pour soutenir l’entrepreneuriat, stimuler la croissance économique et la création d’emplois de même que renforcer la confiance du public envers l’IA. À ce jour, le Conseil a constitué deux groupes de travail, l’un sur la commercialisation et l’autre sur la sensibilisation du public.

Le Groupe de travail sur la commercialisation a examiné comment utiliser l’IA pour générer une croissance économique inclusive et a formulé des recommandations sur la façon de mieux transformer la recherche sur l’IA en produits et services, d’accroître l’adoption de l’IA par les entreprises et d’encourager la croissance des entreprises canadiennes en IA. Ces recommandations vont de l’amélioration de l’accès aux compétences et à l’expertise en IA, au développement d’un environnement réglementaire propice à l’innovation, en passant par la fourniture d’un accès abordable à l’infrastructure informatique en IA.

Les technologies numériques et basées sur les données doivent être dignes de confiance si l’on veut que le public les accepte et adopte. Ce point est également essentiel si l’on veut repenser une économie moderne et florissante, surtout pour la relance post-pandémique. La confiance du public repose sur la transparence autour de ces technologies et ne peut être obtenue si elles renoncent à des valeurs telles que la vie privée et les droits de l’homme. Le Groupe de travail sur la sensibilisation du public du Conseil a été lancé au début de 2020 en vue d’explorer des moyens de mobiliser les Canadiens nationalement afin d’accroître la sensibilisation et les connaissances du public sur l’IA, y compris ses avantages et ses risques possibles. Ce groupe dirigera le dialogue ouvert sur l’IA avec les Canadiens cette année-ci afin de mieux comprendre leurs points de vue et leurs préoccupations au sujet de l’IA, et ce, dans le but de produire un rapport contenant des recommandations sur la façon de maintenir la sensibilisation du public à l’IA.

Bâtir la confiance du public envers l’IA et la technologie numérique

Afin d’édicter son engagement envers la confiance du public dans l’IA et la technologie numérique, le gouvernement a déposé la « Loi édictant la Loi sur la protection de la vie privée des consommateurs et la Loi sur le Tribunal de la protection des renseignements personnels et des données et apportant des modifications corrélatives et connexes à d’autres lois » (Titre : Loi sur la mise en œuvre de la Charte du numérique) au Parlement en novembre 2020. Si elle est adoptée, la Loi créera de nouvelles protections pour les renseignements personnels des Canadiens en donnant aux citoyens un plus grand contrôle et en apportant plus de transparence dans l’utilisation de leurs renseignements personnels. Les mesures proposées comprennent l’exigence de fournir des informations en langage clair sur la collecte et l’utilisation des données afin que les individus puissent fournir un consentement explicite, retirer leur consentement ou demander l’élimination des renseignements personnels, et plus de transparence autour de l’utilisation d’algorithmes et de la prise de décision automatisée. Cela permettrait également une meilleure communication des données et un meilleur accès dans des circonstances particulières avec des avantages pour la société dans des domaines tels que la santé publique, les infrastructures et la protection de l’environnement. Ces propositions contribueront à rassurer les Canadiens quant à la protection de leurs données et de leur vie privée, tout en favorisant l’innovation qui promeut une économie numérique croissante.

L’engagement à promouvoir le développement et l’utilisation responsables de l’IA est au cœur de l’approche nationale et internationale du Canada. Sur le plan domestique, grâce à des initiatives menées par la société civile comme la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’IA, le programme de Réseaux de solutions ICRA-CRDI pour les solutions de gouvernance de l’IA dans les pays à revenu faible et intermédiaire ainsi que la Directive sur la prise de décision automatisée du gouvernement du Canada, le Canada a travaillé à veiller à ce que l’IA et les technologies numériques reposent sur les 10 principes de la Charte numérique canadienne, notamment l’accès universel, la sûreté et la sécurité, le contrôle et le consentement, la transparence, la portabilité et l’interopérabilité. Le Canada plaide pour la gouvernance des systèmes d’IA conformément aux cadres juridiques internationaux existants, y compris les droits de l’homme et le droit humanitaire, et demeure un acteur actif dans les forums mondiaux, notamment le Comité ad hoc sur l’IA du Conseil de l’Europe, Digital Nations, Freedom Online Coalition, le G7, le G20, l’OCDE, le Partenariat pour un gouvernement ouvert, la Feuille de route pour la coopération numérique des Nations Unies et l’UNESCO, entre autres.

Plus récemment, le Canada et la France se sont associés à 18 pays et à l’Union européenne pour lancer le Partenariat mondial sur l’IA, ou PMIA, afin de combler le fossé entre la théorie et la pratique sur le développement et l’utilisation responsables de l’IA – conformément à la recommandation du Conseil de l’OCDE sur l’IA. Lancé le 15 juin 2020 et soutenu par un secrétariat consacré hébergé au sein de l’OCDE et dans deux centres d’expertise à Montréal et à Paris, le PMIA rassemble des experts de premier plan dans les secteurs de la science, de la société civile, de l’industrie et des gouvernements afin de collaborer sur des projets de pointe en matière d’IA ainsi que des outils à travers plusieurs thèmes de groupes de travail sur l’IA responsable (y compris un sous-groupe sur l’IA et la lutte contre la pandémie), la gouvernance des données, l’avenir du travail de même que l’innovation et la commercialisation.

Au cours des prochains mois, le Canada cherchera à poursuivre ses activités nationales et internationales, notamment en tant que président du PMIA 2021 et dans d’autres forums, pour faire progresser le développement, l’acceptation et l’utilisation responsables de l’IA en vue de garantir que ces technologies reposent sur la confiance du public et servent l’intérêt des Canadiens et des citoyens du monde entier.

Lectures complémentaires


AI Wonk Dog
Sign up for email alerts from the AI Wonk:

AccountabilityBuilding human capacity and preparing for labour market transformationFostering a digital ecosystem for AIInclusive growth, sustainable development and well-beingInternational co-operation for trustworthy AIInvesting in AI research and developmentShaping an enabling policy environment for AITransparency and explainabilityAI InnovationResponsible AiCanada

Disclaimer :The opinions expressed and arguments employed herein are solely those of the authors and do not necessarily reflect the official views of the OECD or its member countries. The Organisation cannot be held responsible for possible violations of copyright resulting from the posting of any written material on this website/blog.

Sign up for email alerts